Beaucoup de gens utilisent les anntihitamines, surtout au changement de saison ou ceux qui ont des allergies à des choses comme la poussière qui sont partout, c’est pourquoi aujourd’hui je vous apporte un matériel sur les alternatives naturelles. L’important est de pouvoir expérimenter et compléter les traitements mais toujours sous la tutelle du médecin traitant.

Les antihistaminiques sont utilisés pour combattre les effets de l’histamine sur l’organisme. Il s’agit, à son tour, d’une substance libérée par notre corps qui, lorsqu’elle entre en contact avec des allergènes, déclenche une réaction dite allergique.

antihistaminiques naturels

Les personnes atteintes de rhinite, par exemple, souffrent d’éternuements, de démangeaisons au niveau du nez, des yeux et de la gorge. Ces symptômes sont des réactions causées par un excès d’histamine libérée dans l’organisme, et les antihistaminiques sont utilisés pour soulager ces symptômes (ils ne guérissent pas, ils ne font que rendre les symptômes plus agréables).

En général, les antihistaminiques sont utilisés sous forme de médicaments, qui provoquent surtout de la somnolence et, selon la posologie, affectent les capacités cognitives et psychomotrices.

10 choix d’antihistaminiques naturels.

En raison de tout ce qui précède, j’ai commencé à recueillir des informations sur les moyens naturels d’aider à produire moins d’histamine et ainsi pouvoir aider à soulager les symptômes d’allergies telles que la rhinite, l’urticaire, la conjonctivite, l’eczéma, entre autres.

1. le cresson de fontaine (Nasturium officinale).

Le cresson de fontaine est un légume de la famille des crucifères (chou, navet, radis, épinards…) et a un goût amer et piquant. Selon une étude, il inhibe 60 % des histamines libérées par les cellules de notre corps, s’avérant ainsi un ingrédient optimal pour lutter contre les allergies (https://www.jstage.jst.go.jp/article/bpb1993/22/12/22_12_1319/_article)

IMPORTANTCette information est destinée à compléter, et non à remplacer, les conseils de votre médecin ou professionnel de la santé et ne couvre pas tous les usages, précautions, interactions ou effets indésirables possibles. Ces informations peuvent ne pas correspondre à votre état de santé particulier. Ne retardez jamais ou n’ignorez pas de demander l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié à cause de quelque chose que vous avez lu dans les échocardiogrammes. Vous devriez toujours parler à un professionnel de la santé avant de commencer, d’arrêter ou de modifier tout type de traitement.