Ma grand-mère Maria est un court métrage qui montre une des façons de recycler l’eau de mer.

Il peut sembler inutile d’avoir à passer du temps pour aller chercher un verre d’eau.mais c’est touchant de voir comment Maria et son petit-fils l’obtiennent.

N’oublions pas non plus que, dans de nombreuses régions du monde, l’accès à l’eau douce est compliqué et que, dans de nombreuses régions, l’eau saumâtre est ce qui existe.

Le dessalement de l’eau de mer est un défi auquel de nombreuses personnes doivent faire face dans le monde et cette méthode est simple, pratique et ne gaspille pas d’énergie.

Il s’agit essentiellement de placer l’eau de mer dans un récipient avec d’autres plus petits au centre, le grand récipient est rempli d’eau jusqu’à ce qu’il soit un peu plus bas que la hauteur du récipient qu’on y met.

Ensuite, il est recouvert d’un plastique transparent qui, avec un élastique ou un autre type de sujétion, est attaché et enfin une pierre est placée au milieu.

La pierre laissera une forme conique au centre qui permettra aux gouttes condensées de tomber dans le récipient que nous mettons à l’intérieur et ainsi nous récoltons notre eau sans sel.

Après quelques heures au soleil nous aurons une eau sans sel et totalement purifiée.

Selon le réalisateur du court métrage, David Valero, il s’agit d’un film de méthode largement utilisée pour la survie en mer et dans les pays sous-développés.

Avec ce système, l’eau s’évapore et tombe dans le verre propre et sans sel.

Dans le court nous voyons comment l’eau résultante est utilisée à la fois pour arroser les plantes, faire un bon café, ou donner à boire au canari. Cette vidéo est encadrée dans le I Festival Ecologique de Microcortos : La luciole fondue.